Imp-Boutet

Défibrillateur… que dit la loi ?

Depuis le 13 juin 2018, un décret a vu le jour, insistant sur l’utilisation de défibrillateur. Depuis cette date, tous les ERP ou établissement recevant du public se trouvent dans l’obligation de se munir d’un défibrillateur automatisé externe pour assurer les premiers soins en cas de problèmes, les maladies cardiaques et vasculaires se multipliant de plus en plus. Le décret reste ainsi ferme sur cette disposition, mais surtout sur les maintenances relatives à l’appareil. Voici les points à retenir.

 

Qu’est-ce qu’un défibrillateur?

De son acronyme DAE, c’est un appareil médical délivrant un choc électrique à haute énergie sur le cœur d’une personne frôlant ou atteinte d’un arrêt cardiaque soudain ou. C’est donc le choc électrique que l’on appelle défibrillation. Il a pour objectif de rétablir le rythme cardiaque de la victime à la normale.
Cet appareil a un fonctionnement intuitif. Cela veut dire qu’il n’a pas besoin de recevoir des informations officielles pour réagir. De plus, il délivre une sorte d’instruction vocale, mais aussi des informations écrites qu’il émet sur son écran. Ces informations concernent généralement les instructions étape par étape de l’utilisation de l’appareil. Ce qui lui permet d’être utilisé par n’importe qui faisant face à une personne atteinte d’un arrêt cardiaque.
Quoi qu’il en soit, vous êtes conseillé à contacter immédiatement le 112 ou mieux encore demander à un témoin d’appeler de secours pendant que vous utilisez l’appareil.

Que dit la loi sur l’implantation d’un defibrillateur ?

Le décret encadrant cet appareil précise qu’il doit être rangé dans un endroit facilement accessible et visible de tous, idéalement sur un endroit facile d’accès. En toute évidence, un DAE doit être à la disposition du lambda 24/24h et à visible de tous.
Aussi, il faut privilégier les lieux de passages les plus fréquentés pour mettre l’appareil, surtout dans une ville avec une forte densité de la population où l’arrêt cardiaque est plus élevé. De plus, l’ERC ou European Resuscitation Council exige qu’un appareil de défibrillation doive être placé dans un endroit où un arrêt cardiaque s’est déjà produit au moins une fois en 5 ans, le but étant de limiter au maximum les problèmes liés à ce problème.
En outre, le décret n° 2018-1259 du 27 décembre 2018 reste ferme sur le fait que les bases de données relatives à la mise en place des appareils de défibrillation doivent être déclarées. La déclaration concerne également le lieu d’introduction ainsi que l’accessibilité territorial.

Que dit la loi sur la maintenance d’un defibrillateur ?

Au même titre que les extincteurs, les DAE doivent être entretenu régulièrement et obligatoirement. Le décret fixe alors les modalités obligatoires d’entretien de l’appareil. Ainsi, le propriétaire de l’appareil doit veiller à mettre en œuvre sa maintenance ainsi que ses accessoires. D’ailleurs, des contrôles de qualité doivent être prévus.
De plus, il faut noter qu’à partir de l’année 2020, cet appareil doit passer de la classe IIb à III avec la nouvelle législation mise en vigueur par l’Union européenne. Cette législation précise que l’appareil doit uniquement être manipulé par un technicien habilité.